Caen – La ville aux cent clochers ?

par Charles G. Delahaye, le 9 avril 2016

Caen depuis les Remparts nord du Château

Tantôt attribuée à Mark Twain, l’ayant utilisée pour désigner Montréal, et tantôt attribuée à Victor Hugo, pour désigner Rouen, l’expression « ville aux cent clochers » s’est très vite démocratisée, et plusieurs autres villes s’en sont réclamé, dont Prague, Bratislava, Liège, Dijon, Reims ou… Caen, qui l’a ajouté à ses deux autres surnoms, « l’Athènes du Nord », et « la Venise Normande ».

Et tandis que ces deux autres surnoms tombent peu à peu dans l’oubli – les nombreux canaux et rivières qui parsemaient la ville ont été comblés aux XIXème et XXème siècles, et (bien que de nombreuses institutions scientifiques et humanistes soient encore présentes à Caen) la destruction de l’Université originelle en 1944 a mis à mal la réputation académique de la ville -, la profusion de clochers peut encore se voir de nos jours.

Mais il y a-t-il réellement cent clochers à Caen ? Mystère, au sein des institutions : la DRAC compte 23 églises, la mairie en compte 26, le diocèse « une vingtaine », et aucune ne compte le nombre de clochers. Même son de cloche (haha) à Ouest-France, qui dans son article du 6 avril 2016 se contente de dire « il semblerait que personne […] ne se soit amusé à recenser les églises ».

Caen depuis le Cèdre du Liban

Non seulement personne n’est d’accord sur le nombre d’églises dans la ville, mais de plus, l’expression parle de clochers. Or, une église peut avoir un ou deux clochers, trois si l’on compte les tour-lanternes (les tours aussi grandes que des clochers, sans cloches), ou même pas du tout – comme la Nouvelle Église Saint-Julien, construite après guerre sans clocher ! Certaines églises, comme Notre-Dame-de-la-Gloriette, ne possèdent qu’un lanterneau, qui, bien que difficilement qualifiable comme étant un clocher, peut se voir depuis les remparts du château ou le cèdre du Liban, et fait donc partie de l’horizon Caennais.

Car il s’agit bien d’horizon : ce que les écrivains dénomment par clocher est bien toute tour d’édifice religieux dépassant du reste des bâtiments. La proéminence de ces éléments architecturaux est donc essentielle, que les tours contiennent des cloches ou non.

Ainsi ne reste-t-il plus qu’à compter ces tours ecclésiastiques. Voici donc la liste des édifices possédant une ou plusieurs tours, ainsi que leur hauteur par rapport au sol, et leur proéminence par rapport aux bâtiments environnants. En dernière colonnes, « R » montre si la tour est visible depuis les remparts nord du château, « C » depuis le Cèdre du Liban planté dans le Parc d’Ornano, deux points de vues aujourd’hui accessibles à tous et existant à l’époque de ces auteurs. (les données de hauteur sont basées sur les données topographiques fournies par Google).

Édifice Tour Hauteur Proém. R C
Chapelle de l’Hôpital Clémenceau Clocher-mur 20 m 5 m
Chapelle de l’Institut Saint-Joseph Clocher 25 m 12 m
Chapelle du Couvent de la Charité Clocher 27 m 9 m
Chapelle du Foyer des Petites Sœurs des Pauvres Flèche 10 m -5 m
Chapelle du Monastère de la Visitation Lanternon 26 m 15 m
Chapelle du Monastère des Bénédictines Clocher 28 m 18 m
Chapelle du Bon-Sauveur Clocher 38 m 18 m
Chapelle Saint-Vincent-de-Paul Lanternon 16 m 1 m
Église Abbatiale Saint-Étienne Clocher 77 m 55 m
Clocher 77 m 55 m
Tour Lanterne 52 m 30 m
Église Abbatiale Sainte-Trinité Clocher 32 m 13 m
Clocher 32 m 13 m
Tour Lanterne 46 m 27 m
Église Collégiale Saint-Sépulcre Clocher 30 m 16 m
Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours Clocher 11 m 0 m
Église de la Miséricorde Clocher 48 m 32 m
Église des Filles du Bon Sauveur Clocher 20 m 4 m
Église Saint-André Clocher-tour 15 m 1 m
Église Notre-Dame-de-la-Gloriette Lanternon 40 m 26 m
Église Saint-Bernard Flèche 8 m -9 m
Église Saint-Étienne (Vieux) Tour Lanterne 40 m 20 m
Église Saint-Gerbold Clocher 36 m 28 m
Église Saint-Jean Clocher 50 m 38 m
Tour Lanterne 36 m 14 m
Église Saint-Jean-Eudes Clocher 24 m 16 m
Église Saint-Joseph Clocher-tour 34 m 20 m
Église Saint-Nicolas Clocher 42 m 34 m
Tour Lanterne 28 m 20 m
Église Saint-Michel Clocher 28 m 20 m
Clocher 28 m 20 m
Église Saint-Ouen Clocher 21 m 7 m
Église Saint-Paul Clocher 20 m 12 m
Église Saint-Pierre Clocher 73 m 52 m
Église Saint-Sauveur Clocher 60 m 44 m
Église Saint-Sauveur (Vieux) Clocher 30 m 10 m
Église Sainte-Thérèse Clocher-mur 14 m 4 m
Édifices sans tours
Chapelle de l’Oasis
Chapelle du Couvent du Carmel
Chapelle du Palais Ducal
Chapelle du Séminaire
Chapelle Saint-Joseph du Bon Sauveur
Chapelle Sainte-Paix
Église Chrétienne Adventiste du Septième Jour
Église du Sacré-Cœur
Église Évangélique du Vaugueux
Église Notre-Dame-de-la-Grâce-de-Dieu
Église Réformée de France
Église Saint-Georges
Église Saint-Julien
Église Sainte-Claire

Il reste donc à Caen intra-muros 44 édifices religieux. 30 d’entre eux possèdent une forme quelconque de tour, qui sont au nombre de 37. 23 d’entre elles sont visibles depuis les remparts nord du Château, 17 le sont depuis le Cèdre du Liban.

Gardant à l’esprit cette idée de ligne d’horizon emplie de clochers, je vais pour ma part me contenter de compter les tours se dressant significativement au dessus des autres bâtiments alentour, en choisissant arbitrairement un proéminence d’au moins 9 mètres (soit trois étages).

Dans cette perspective, Caen compterait donc 28 clochers.

Bien que ce chiffre soit respectable, on est bien loin de la centaine !

Une question se pose alors : il y avait-il cent clochers du temps de Mark Twain ou de Victor Hugo ? Après tout, les trois quarts de la ville ont été détruits lors de la Seconde Guerre Mondiale : n’y avait-il pas plus d’édifices debout avant ces évènements ?

La réponse, dans la seconde partie de cet article, à paraître "sous peu" !